Zoom sur Christopher David – Hip Hop

Bonjour Christopher, présente-toi en quelques mots ?

Bonjour, je suis Christopher David professeur dans l’atelier Hip Hop de l’association.

Qu’est-ce que le Hip hop et le break dance ?

Le Hip hop est créé dans les années 70 aux États-Unis (New York, Bronx) puis est arrivé en France en 1983, grâce à Sidney et son émission à Chiper à Choper. Le Hip hop est la première culture au monde de part sa présence dans chaque pays du monde, et de part sa diversité (break dance, Graff, Djing, BeatBoxe, Mc’s = Maitre de cérémonie, rappeur).

 

 

Le Hip hop à des valeurs diverses et variés, surtout le partage, le dépassement de soi, l’ouverture au/sur le monde à travers les voyages et le partages d’expériences.

Le break dance est une spécialité dans le Hip hop. La définition du break dance est assez simple, c’est une danse, un art, ou toutes les parties de notre corps sont sollicitées. On peut dire que c’est une danse aérienne.

On peut définir le break en quatre notions :

– Les Top Rock : les pas de préparations, danse debout en écoutant la musique.

– Les FootWork : le travail des pieds, danse au sol avec nos mains et nos pieds en même temps.

– Les Freezes : toutes les figures « bloquées » ou l’on ne bouge pas pour marquer le son, comme le baby freeze, le Y, airbaby, etc…

– Les PowerMoves : les phases, les figures les difficiles, elles sont circulaires comme le Thomas, la vrille, la coupole. Le but étant d’assembler ses 4 étapes en dansant sur la musique, en écoutant la musicalité.

Quel est ton parcours ? Et pourquoi enseigner le break dance ?

J’ai choisi le break dance, grâce à mon père, qui faisait du smurf plus jeune, qui est une danse hip hop old school. Il m’a proposé de faire du break dance dans un centre socioculturel à Cholet. J’ai directement adoré et depuis 1 an, j’ai choisi de l’enseigner. Quand j’ai su que j’avais les capacités et l’expérience nécessaire pour. J’ai toujours aimé travailler avec les jeunes, étant animateur auparavant. J’ai donc décidé de combiner les deux ; la danse et les jeunes, j’aime les voir évoluer, les aider, les voir s’appliquer dans cette danse, dans cet art.

Comment se déroule une séance ?

Il y a deux groupes d’enfants, le premier groupe de 7 enfants de 7 à 10 ans et le deuxième groupe de 12 enfants de 10 à 13 ans, avec autant de filles que garçons. Au début de l’année, la séance était basée sur la découverte et la reproduction de pas de basse d’une chorégraphie, pendant 30 minutes. Ensuite le passage chacun leurs tours pour montrer ce qui a été vu pendant l’heure.

En deux mois, il y a eu beaucoup d’évolution, aujourd’hui, un échauffement de 15 minutes suivi de figures debout et au sol en cercle en écoutant la musique, chacun passe et à la fin une battle entre eux.

Les élèves doivent être assidus, à l’écoute pour progresser, il y a beaucoup de travail de répétitions pour chaque figure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et en dehors de l’association ?

Je donne des cours de break dance dans différentes structures notamment le midi entre 12h et 14h pour les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) dans des écoles élémentaires et le soir dans des MJC (Maison des Jeunes et de la Culture), associations, etc…

Un spectacle prévu en fin d’année ?

Pour la fête de la musique, une scène ouverte pour présenter les différentes qu’on apprit les élèves autour de battles, 2 contre 2, 1 contre 1…

Vidéos

 

Zoom sur Nathalie Peaudeau – Yoga du rire

Nathalie Peaudeau, intervenante pour le yoga du rire à Lolayo

 

 

Bonjour Nathalie, dis nous en plus tout de suite, mais qu’est-ce-que le yoga du rire ?

Le yoga du rire est une pratique récente inventée par un médecin indien, le DR KATARIA en 1995. Il a constaté que le rire forcé était aussi bénéfique sur la santé qu’un rire naturel.

 Le saviez –vous ? Rire 10 minutes par jour suffit pour être en bonne santé ! Rire est un vrai cadeau pour la santé et un outil de communication formidable qui permet à chacun de profiter de la vie, d’être en bonne santé et de vivre en harmonie avec soi-même.

 

 

Le yoga du rire est une activité qui combine une série d’exercices de rire avec un temps de relaxation. Il permet, dès la première séance, de ressentir un bien-être physique, mental, émotionnel et social. Rire procure en effet de nombreux bienfaits sur le corps, reconnus par la médecine, notamment sur le sommeil, les systèmes immunitaires, digestif, respiratoire et cardio-vasculaire. Il permet également de lutter contre le stress quotidien, de mieux appréhender les épreuves de la vie, d’améliorer les relations sociales en développant une attitude positive…et la bonne humeur … !!

Le yoga du rire est apparu en France en 2002. Aujourd’hui, il est répandu dans plus de 70 pays. Il se pratique en groupe auprès de tout public, enfant, adolescent, adultes et personnes âgées. 

 

Peux-tu nous expliquer ce qui t’a amené à pratiquer le yoga du rire ?

Pour ma part, j’ai découvert le yoga du rire en participant à une séance à l’espace EcloZEn sur Clisson en 2015. J’ai été d’emblée séduite et étonnée par les effets immédiats ressentis : détente, bien-être, attitude plus joyeuse.

Parallèlement à mon parcours professionnel dans le domaine éducatif et social, je m’intéresse depuis quelques années au domaine du développement personnel. Après avoir découvert les bienfaits du Reiki, une autre méthode de relaxation complémentaire qui permet de rééquilibrer les énergies sur le plan physique, émotionnel et mental, j’ai décidé de me former à cette méthode et d’orienter mon activité professionnelle vers ce domaine.

En début d’année, je me suis également formé en tant qu’animatrice en yoga du rire à Nantes à l’Ecole du Positif, dirigée par Mr Fabrice LOIZEAU, directeur et ambassadeur du DR Kataria en France.

Aujourd’hui, le YOGA DU RIRE est un outil de développement personnel que je souhaite aussi proposer à toutes les personnes désireuses d’améliorer leur bien-être.

 

Comment le yoga du rire est arrivé parmi les ateliers de Lolayo ?

Résidante sur la Commune de St Hilaire de Loulay et adhérant déjà à l’Association Lolayo puisque j’y pratique le yoga depuis 3 ans, c’est donc tout naturellement que j’ai proposé cette pratique dans le cadre de leur recherche de nouveaux ateliers pour la saison prochaine.

 « Ludique, convivial, lâcher –prise, se détendre sans à -priori.. sans jugement.. dans la bonne humeur …. un joyeux moment !! »

Voilà les avis exprimés par les participants à notre séance découverte du mois de juin.

 Pour cette rentrée, nous proposons la mise en place de deux séances hebdomadaires d’une durée de 1 heure.

  • Le mardi soir de 20 à 21h
  • Le vendredi matin de 10h30 à 11h30 (plutôt réservée aux personnes disponibles en journée).

Les cours débuteront la 3ème semaine de septembre. Nous proposons un 2ème stage découverte le MARDI 5 septembre de 20h à 21h au Centre Culturel.

N’hésitez pas à vous y inscrire si vous souhaitez passer un joyeux moment de détente, il reste encore des places pour ce stage. Si vous souhaitez plus de renseignements, je me ferai un plaisir d’y répondre : yogadurire.lolayo@outlook.fr

 

Est-il possible de venir essayer le yoga du rire en dehors des séances hebdomadaires ?

Des stages ponctuels vont se mettre en place ainsi que des stages pour les enfants. N’hésitez pas à nous faire part de vos souhaits et à en parler autour de vous. Nous vous proposons aussi de venir découvrir ce qu’est le Yoga du Rire le samedi 9 septembre à la porte ouverte du Zinor. J’y animerai deux séances d’ une heure à 15h05 et à 17h05. L’inscription se fera avant sur place.

 

 

Merci Nathalie, on pourra te croiser au Centre culturel chaque semaine désormais! Nous te souhaitons que du positif dans la joie et les rires !

Merci à Lolayo de m’accueillir dans son équipe et de me faire confiance pour cette nouvelle expérience. Joyeuse rentrée à tous et à toutes dans la bonne humeur !

« LES DAMES DU MERCREDI »

Mais qui sont ces dames du mercredi ?

Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, car elles sont la référence pour la paperasserie de Lolayo ! Certains vous diront les dames du lundi, et d’autres les dames du mardi, mais cette année se sont bien « Les Dames du mercredi » !

Dans l’ordre sur la photo, voici Marie-Pascale Doré, Annick Fonteneau, Lionel Quelleux et Madeleine Simon. Ils sont bénévoles pour Lolayo et chacun a son rôle bien défini. Marie-Pascale gère les saisies informatiques et remise de chèques en banque. Elle est bénévole à Lolayo depuis les années 90. Annick s’occupe des salaires des six intervenants de l’association depuis 2001 et avec Madeleine, du paiement des factures et du classement de celles-ci. Lionel, est lui le trésorier de Lolayo (et non ce n’est pas une dame!). Une question sur la comptabilité de l’association ? C’est à lui qu’il faut demander. Trésorier de 1988 à 1998, il est revenu à ce poste en 2012 et ne l’a plus quitté depuis.

Ces quatre retraités passent deux heures ensemble chaque mercredi matin au centre culturel  pour gérer la comptabilité de l’association, les salaires et les factures. Lolayo est une seule et même association qui a 17 ateliers différents, et chaque atelier dispose de son propre budget. Il faut donc s’occuper de la comptabilité de chaque atelier et en faire la synthèse.

« Le budget de l’association est conséquent, c’est une énorme travail et du temps à passer. C’est quasiment 500 écritures comptables enregistrées sur une saison. » explique Lionel.

En plus d’être bénévoles, ils sont adhérents de l’association, à l’atelier photo, au yoga, à l’art floral, au club nature, ou encore à l’atelier mémoire collective.

« Nous passons du temps pour l’association, car nous aimons nous en occuper. C’est un plaisir de venir et se voir entre nous. Il faut dire que parfois on discute beaucoup et on avance moins vite dans notre travail ! C’est très convivial et c’est pour ça qu’on reste depuis des années ! » nous confie Annick.

Trente-cinq mercredis matins dans l’année, ce sont donc les petites mains de l’association qui s’affairent pour faire tourner la boutique ! On ne peut que les remercier d’être là et de donner de leur temps à l’association !

Portrait de Jacky Gouband

ZOOM SUR …

Bonjour Jacky, peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Bonjour, je suis Jacky Gouband, j’anime l’atelier nature enfant de Lolayo depuis cinq ans, en partenariat avec la Cicadelle. 

C’est quoi la Cicadelle ? 

La Cicadelle est une association qui a fêté ses 25 ans cette année et qui permet de faire découvrir la nature principalement aux enfants (scolaires et extra scolaires) mais aussi aux adultes grâce à des sorties grand public. Nous sommes une dizaine d’animateurs nature en Vendée, mais aussi dans le Maine et Loire et la Loire Atlantique. Notre but est de sensibiliser les jeunes à leur environnement et qu’ils prennent plaisir à y être . 

Quel est ton parcours ?

J’ai réalisé un BTS GPN (Gestion Protection de la Nature) à Vendôme, j’ai ensuite travaillé dans ce même domaine en Gironde, en baie de Somme. Je suis arrivé en 2008 en Vendée pour la Cicadelle, car je trouve le projet éducatif  très intéressant. 

Comment se passe les ateliers nature à Lolayo ?

On se rencontre une fois par mois avec les enfants, le samedi matin de 9h45 à 12h. Il y a deux groupes de 20 enfants de 6 à 10 ans. Nous sommes donc deux animateurs à intervenir, chacun ayant son groupe. Lors de la première rencontre de l’année, on demande à tout le monde de venir, et on forme alors deux groupes différents. Les enfants en choisissent un, souvent par affinité. Il y a 10 séances dans l’année, plus une nocturne et une sortie avec la famille. On aborde un thème différent à chaque fois, on commence la séance avec quelques explications puis on sort à l’extérieur, dans la nature, sur le terrain si la météo nous le permet bien évidemment !

Peux-tu nous donner quelques exemples de thèmes ? 

Oui, par exemple, on va pouvoir, créer des nichoirs pour les mésanges et aller les installer autour du Centre Culturel, aller voir les petits insectes et animaux qui vivent dans les mares, ou encore apprendre à reconnaître les bons des mauvais champignons. Également, pour les sorties nocturnes on va aller le soir, écouter les chouettes ou observer les chauves-souris. 

 

Un enfant qui a déjà fait une année peut-il revenir l’année suivante ? 

Oui bien sûr ! Le club nature fonctionne avec 4 séries de thèmes différents. C’est-à-dire que si une année on fait le thème « A », l’année d’après on fera le « B », l’année suivante le « C » etc … Ce qui permet à un enfant de pouvoir venir quatre années de suite sans refaire les mêmes choses. 

Il y a-t-il des conditions particulières pour cet atelier ? 

Non pas vraiment, on demande aux enfants d’emmener leurs bottes obligatoirement à chaque fois et j’ai besoin au minimum d’un parent qui accompagne pour la séance. Cet atelier permet de sensibiliser les enfants à la nature qui les entoure. Je trouve que c’est important, car les générations ont changé et les enfants ne sortent plus se balader dans la nature comme nous pouvions le faire autrefois. Les nouvelles technologies ont parfois pris le dessus et mon rôle est vraiment de leur faire prendre du plaisir à découvrir ce qui les entoure.

Merci Jacky, nous te verrons lors des prochaines portes ouvertes de Lolayo pour encore plus d’explications sur cet atelier qui réunit nombreux enfants chaque année. A bientôt ! 

Portrait de Solenne Rondeau

ZOOM SUR …

Bonjour Solenne, peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es et quel est ton parcours ?

Bonjour, je suis Solenne Rondeau, je suis animatrice de l’atelier Théâtre Enfant depuis deux ans maintenant.

Concernant mon parcours, j’ai commencé le théâtre à l’adolescence un peu par hasard dans un groupe comme les jeunes que j’ai aujourd’hui à Lolayo. J’ai fait une licence « Arts du Spectacle », et à l’issu de cette formation, j’ai intégré une troupe de théâtre « Spoutnik » à Nantes, puis la compagnie « Presto Andante » qui se trouve à la Baule, dont je fais toujours partie actuellement.

 

Quel est ton rôle à Lolayo ?

J’accompagne deux groupes d’enfants de 8 à 11 ans. Ils sont 22 au total, je les aide à monter un spectacle et à trouver leur manière à eux d’évoluer sur scène. J’essaye de leur offrir au maximum la possibilité de s’exprimer. Je leur transmets mon savoir mais ils me transmettent également beaucoup. L’échange est important et nécessaire pour faire avancer le groupe.

 

 

Peux-tu nous expliquer ce que font les enfants à l’atelier théâtre ?

Je commence l’année avec des exercices ludiques, le travail de la voix, le placement dans l’espace, le corporel. Ensuite, je fais des exercices d’improvisation par petits groupes avec des techniques différentes. Puis dans la deuxième partie de l’année, on commence à préparer le spectacle de fin d’année. Cette année je leur ai proposé un spectacle que j’ai écrit pour eux.

 

Quel est le thème du spectacle de cette année ?

C’est un spectacle autour du 21ème siècle qui s’appelle « Théâtre à la demande ». La difficulté de cette année, c’est que deux groupes vont jouer ensemble. Deux scènes sont prévues, une policière et une de sciences-fiction, mais je n’en dis pas plus, il faut venir les voir.

 

Comment t’es-tu inspirée pour trouver ce thème ?

Tout simplement grâce aux enfants. Lors des exercices, je leur demande de représenter des scènes diverses et variées et à chaque fois, il me jouent des scènes de films. Je me suis dis que leur génération tourne beaucoup autours des films et des jeux vidéos, alors j’ai pensé que ça pouvait être intéressant de creuser sur ce thème de la robotisation au 21ème siècle.

 

Aurais-tu un petit mot à ajouter sur le théâtre ?

Oui, le théâtre n’est pas réservé à une élite, il faut le repenser dans son rapport au public; peu de gens franchissent les portes d’un théâtre. Également, ce n’est pas toujours facile de travailler sur des projets, chaque projet ne voit pas forcément le jour et il faut savoir rebondir sans abandonner. C’est pour cela que le rapport humain est important et indispensable.

Merci Solenne d’avoir pris le temps de répondre à ces questions. A bientôt!

Informations atelier Théâtre Enfant : Christelle Picard – 0664373358